Présentation BCPST

Cette formation en deux ans vous propose un enseignement équilibré de matières scientifiques (SVT, physique, chimie, maths, informatique) et littéraires (français, langues vivantes I et II, géographie) en continuité avec les rythmes et les programmes de Première et Terminale S. Les cours magistraux alternent avec de nombreux TP et TD (10h par semaine). Vous allez aussi retrouver une activité pluridisciplinaire ancêtre des TPE où on attend de vous des initiatives personnelles et un travail collectif (TIPE). Le contrôle continu repose sur des devoirs surveillés type concours et, originalité des CPGE, des interrogations orales hebdomadaires (2h) portant sur les matières principales. Enfin deux voyages d’étude consacrés à la géologie et la botanique de terrain sont organisés pour rappeler que les naturalistes sont avant tout des gens de terrain !

 

Ces activités obligatoires sont complétées par des conférences faites par des universitaires ou des professionnels. A l’issue de la deuxième année les étudiants peuvent se présenter à trois concours qui regroupent une quarantaine d’écoles réparties sur tout le territoire métropolitain. La diversité de la formation en BCPST conduit naturellement à une diversité des débouchés.

1) Un grand nombre de places est offert par le concours commun Agro-Veto-PCbio :

- les Ecoles Agronomiques et associées (environ 1070 places) forment des ingénieurs tournés vers la recherche, la production, la transformation ou la commercialisation des produits de l’agriculture. Il peut s’agir de la sélection ou de la création de nouvelles variétés de céréales, de légumes, de fruits, de fleurs, d’arbres ou de races de poissons, de bovins, etc... Ces variétés doivent être cultivées ou élevées au mieux (spécialistes des sols, des engrais, de la lutte contre les parasites et les prédateurs), récoltées et stockées (spécialistes de machinisme agricole, de traitement des données satellitaires, responsables de coopératives), transformées par l’industrie agroalimentaire (ingénieur d’études et de productions dans les secteurs conserves, surgelés, salaisons, produits laitiers, confiserie, vins, jus de fruits, savons, parfums, emballages, biocarburants, etc. ...) et au final commercialisées (responsable du secteur alimentation dans une grande surface, responsable des achats ou du marketing, expert des transports frigorifiques, etc. ...). Certaines écoles sont spécialisées dans l’exploitation des forêts (gestion, abattage, transformation en papier, meubles, combustibles), la conservation des milieux naturels ou l’aménagement des paysages.

- les Ecoles Vétérinaires (380 places) forment des spécialistes de l’état sanitaire du monde animal. Ils assurent le dépistage, la prévention et la lutte contre les maladies affectant les animaux d’élevage, de compagnie ou sauvages. Ils sont aussi responsables de la qualité sanitaire des produits animaux que nous consommons et travaillent de plus en plus comme experts auprès des collectivités, des industriels ou des commerciaux. Des débouchés existent aussi dans les laboratoires pharmaceutiques.

- les Ecoles de Chimie proposent quelques places (25) à ceux qui seraient tentés par une formation d’ingénieur plus biochimique que biologique (concours PC bio).

2) Les Ecoles portées vers les Sciences de la Terre se sont regroupées dans un concours commun dit G2E (130 places). Elles forment des ingénieurs spécialisés dans la prospection et le traitement des ressources minières comme les hydrocarbures, les métaux, les matériaux de construction, la conception et l’entretien des réseaux d’eaux potables ou usées ainsi que la collecte et le traitement des déchets de toutes natures. Par ailleurs, de plus en plus d’emplois sont proposés à ces ingénieurs par l’Etat et les collectivités locales pour gérer l’aménagement du territoire (routes, ports, cours d’eau, barrages, usines) dans un esprit développement durable.

3) Enfin le concours commun des Ecoles Normales Supérieures recrute des élèves intéressés par la recherche fondamentale et l’enseignement des Sciences de la Vie et de la Terre. Le nombre de places est limité (70) mais les élèves ayant échoué ne doivent pas se décourager. En effet les méthodes de travail acquises en classe préparatoire sont très efficaces pour réussir à l’Université les concours de recrutement de l’Education Nationale et des organismes de recherche.

Pour avoir plus de renseignements sur les différentes écoles, consultez le site de l’UPA : (http://smyrne.int-evry.fr/upa/ ) qui propose des liens Internet.

PROFIL ET SCOLARITE

Comme vous l’avez compris cette formation est accessible aux bacheliers de la série S quelle que soit leur spécialité à condition d’avoir un profil scolaire équilibré. Une bonne capacité de travail, de la curiosité, de la bonne humeur, quelques aptitudes pratiques (dissection, dessin, dosages, montages expérimentaux) et une mention au bac sont de bons critères de réussite. Attention le choix de la première langue est actuellement restreint dans les concours (Anglais, Allemand ou Espagnol).
A la fin de la première année, les résultats obtenus sont évalués par une commission qui se prononce pour l’admission en deuxième année ou une réorientation (IUT, BTS, Université) car le redoublement n’est pas permis sauf pour raisons médicales. En cas d’échec aux concours désirés à la fin de la deuxième année, il est généralement conseillé de redoubler. Indépendamment des admissions en deuxième année ou dans les écoles, le lycée délivre des ECTS pour améliorer les passerelles vers les Universités de l’Académie.

DOCUMENTATION

Vous pouvez visualiser les plaquettes commerciales suivantes :
- Plaquette sur les CPGE du lycée
- Plaquette sur la filière BCPST