Mots et merveilles : poèmes progressifs

Un poème progressif est un poème écrit  par des élèves à tour de rôle : à partir du premier vers écrit par un célèbre poète, chaque élève écrit un vers ou une strophe donnant ainsi progressivement vie à un poème.  Les élèves de 504 et de 513 se sont prêtés à l'exercice encadrés par madame Baget, professeur de lettres et madame Salefranque documentaliste.  Leurs poèmes ont été imprimés dans des livrets consultables au CDI en version  papier et  diaporama. D'autres élèves ont librement rédigé... voici 3 de leurs créations !

   Aux étoiles j'ai dit un soir (Sully Prudhomme)

A travers mon désespoir,

Que j'étais perdu au loin

Dans un labyrinthe sans fin.

 

Elles m'ont alors répondu,

Qu'entre les vices et les vertus,

Toute chose est retrouvable,

Même un petit grain de sable.

 

Guillaume Crouzy
Luka Lameiras
Thomas Laclau

J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans (Baudelaire)

J'ai plus de tristesse que si tu ne m'aimais

J'ai plus de cicatrices sur mon cœur d'amant

Qu'ô mon amour jamais tu ne pourras panser !

 

Je n'ignore ni le vent, frisson de tendresse

Ni l'amoureuse pluie dont l'aimable baiser

Recouvre les sentiers creusés par tes caresses

Mon cœur épris se meurt sous le ciel étoilé.

 

Lourd de mes souvenirs je m'en irai, cruelle

Loin de toi vivre dans mes tourments éternels

Et laisserai à d'autres ton mortel poison.

 

Ô mon assassin, mon amour, ma passion !

Ô funèbre oraison ! Eh ! Sonne donc mon glas

Jamais plus, mon cœur, tu ne vivras ici-bas

 


 

 Qu'il est doux, quand du soir l'étoile solitaire (Lamartine)

Se balance sans espoir sous la toile seule et terne

Qui s'étend dans l'espace où se meurent nos terres

Et rugissent ces lumières qui éclairent nos ombres.

 

Qu'il est beau, quand de l'aube le soleil se dévoile

Succédant de nouveau à la pluie des étoiles

Qui de leur splendeur éternelle,

Couvrent les cieux, couvrent le ciel.

 


 

Bravo et merci pour cette belle édition  2015 des printemps des poètes !

Christine Salefranque