AS 2016 : d’où viennent ces étoiles filantes et sont-elles éternelles ?

Lorsque les athlètes du lycée Louis Barthou ont recommencé à inscrire leurs noms sur les tablettes du championnat d’académie d’athlétisme en salle, certains ont pu croire à une anomalie scientifique.

En matière de célérité, les « Barthousiens » deviennent une référence en course de vitesse. Depuis 2012, nos équipes ne quittent plus le podium (3° en 2012, 2° en 2014, vainqueurs en 2013, 2015 et en 2016).

Depuis deux ans, nos mobiles animés de mouvements rectilignes ont été rejoints par leurs homologues aux mouvements oscillants (Nos coureurs de haies terminant 1° en 2015 et second en 2016).

Dans cet univers athlétique, certains commencent à se demander si la théorie de la double causalité ne trouve pas sa meilleure expression dans les performances de nos élèves.

Le hasard bizarre chronométrique qui se reproduit maintenant depuis quelques années ne serait-il pas la cause de nos intentions à vouloir rester au plus haut niveau de performance académique ?

En attendant, dans un futur très proche (30 et 31 janvier), nos élèves participeront au championnat de France d’athlétisme en salle à Rennes.

Bravo à : Camille Vermorel, Laïti Koïta, Adrien Ramanana-Rahary, Naïla Firah, Denise Guidi, Victor Mansir, Marie Deu et Joseph Hewitt.

Et merci à tous les autres élèves (athlètes et jeunes officiels) qui ont participé au championnat d’académie qui s’est déroulé le 6 janvier. Sans eux, rien ne serait possible.